No. 0007 - Implications of High Commodity Prices on Poverty Reduction in Ethiopia and Policy Options under an Agriculture-Led Development Strategy

AGRODEP Author: 
Publisher: 
AGRODEP 

This research aims at measuring the potential impact of high commodity prices on Ethiopia’s prospects of maintaining agricultural growth objectives and poverty reduction targets set in the CAADP agenda. In view of this, we build a Computable General Equilibrium model which uses the Dorosh and Thurlow (2009) approach as a benchmark. We then introduce international oil and fertilizer price shocks along with a devaluation policy. A poverty analysis is conducted using the latest household income and consumption expenditure survey.

We find that international oil and fertilizer price increments alone have a significant impact in Ethiopia as the country is a net importer of those commodities. The impact is higher when combined with devaluation measures. The major transmission channel of these international price shocks is through an increase in intermediate input prices followed by a drop in factor price. The impact of these shocks is negligible on overall real GDP growth compared to the reference scenario where a 6% agricultural growth is simulated. The shocks favor export-intensive agricultural and manufacturing activities while other sectors tend to contract. Agricultural food production declines showing that such price shocks may undermine food security by reducing supply and affordability of food crops on the local market. Devaluation and world oil and fertilizer price increments are likely to circumvent the poverty reduction achievable under a 6% agricultural growth scenario. The incidence of poverty increases by 2.9 percentage points in 2019-2020 while an additional 2.8 million individuals fall into poverty. Finally, we find that the devaluation policy is likely to result in higher local prices which may in turn cause real exchange rate appreciation thereby eliminating the competitiveness gains. Full Paper.


Cette recherche a pour but de mesurer l’impact potentiel d’un niveau élevé des prix des biens sur les perspectives d’atteindre les objectifs de croissance agricole et les cibles de réduction de la pauvreté établis dans le cadre du PDDAA en Ethiopie. Pour cela, nous construisons un modèle d’équilibre général calculable basé sur l’approche de Dorosh et Thurlow (2009) pour notre scénario de référence. Nous comparons cette situation avec les résultats obtenus suite à l’introduction d’un choc au niveau des prix internationaux de pétrole et de fertilisants que nous combinons avec une politique de dévaluation. Une analyse de pauvreté est effectuée en utilisant l’enquête sur les ménages la plus récente.

Nos résultats montrent qu’un accroissement des prix internationaux de pétrole et des fertilisants sont à même d’avoir un impact important en Ethiopie étant donné que le pays est un importateur net de ces produits. L’impact est plus élevé lorsqu’ une politique de dévaluation s’ajoute aux chocs de prix internationaux. Une augmentation du prix des intrants intermédiaires est le principal canal de transmission, suivi par une baisse du prix des facteurs de production. L’impact de ces chocs est négligeable sur le taux de croissance du PIB réel par rapport au scénario de référence où nous simulons une croissance agricole annuelle de 6%. L’accroissement des prix internationaux a tendance à favoriser les branches intensives en exportations notamment dans l’agriculture et l’industrie. Cependant, les autres activités de production se contractent particulièrement la production alimentaire agricole. De tels chocs créent un risque pour la sécurité alimentaire en réduisant l’offre de biens alimentaires sur le marché local à un prix abordable. La réduction de la pauvreté atteinte sous une croissance annuelle agricole de 6% est affaiblie en particulier en zone urbaine. L’incidence de pauvreté augmente de 2.9 points de pourcentage en 2019-20 et le nombre de pauvres s’accroit de 2.8 million de personnes supplémentaires à la même période comparé à la situation dans le scénario PDDAA. Enfin, nous trouvons que la politique de dévaluation résulte en un accroissent des prix locaux entrainant un risque d’appréciation du taux de change réel qui risque d’éliminer les gains de compétitivité à l’export.

Publication date: 
1 Sep, 2014 
Source / Citation: 

Beyene, Lulit Mitik. 2014. Implications of High Commodity Prices on Poverty Reduction in Ethiopia and Policy Options under an Agriculture-Led Development Strategy. AGRODEP Working Paper 0007. Washington, DC: International Food Policy Research Institute.

 
Transfert de fichiers: